Trois femmes à la mer / Tre donne al mare, par Liuba Scudieri.

“Cette chose incroyable à faire pour une jeune femme: traverser la mer et passer du vieux au nouveau monde pour rejoindre celui qu’elle aime, cette chose, je la ferai.”Adèle H., François Truffaut

TROIS FEMMES A LA MER

écrit et raconté par Liuba Scudieri musiques composées et jouées par Davide Chimenti captation vidéo et site web : Christine Fassanaro photographie et graphisme : Caroline Hérard costumes : Nina Langhammer

produit par : Association Amami (Association pour la Mémoire et les Arts de la Méditerranée Intérieure )

associationamami@gmail.com

Trois femmes à la Mer est un spectacle de narration pour une conteuse et un musicien. Trois ans d’enquête, de rencontres entre Naples, Oran et Marseille. Trois ans d’écoute d’histoires de femmes à travers la Méditerranée. Un choix parmi les histoires a été fait et le noyau de la dramaturgie est né. Le récit [...]

Corps d’état, une lecture, Paris, Studio Raspail, le 1er octobre 2012.

À l’occasion de la parution, le 23 septembre 2012, de la traduction de Corps d’état, l’affaire Moro par Marco Baliani, les Éditions de l’Amandier, l’Association Paroles à Dire et la Société littéraire de la Poste vous invitent à écouter des extraits d’un texte qui évoque tout à la fois le meurtre d’Aldo Moro par les Brigades rouges et celui de Peppino Impastato par la Mafia, dit surtout les espoirs, les déceptions et les luttes des années 70 en Italie. La lecture, qui aura lieu à 20h30 sera suivie d’une partie musicale de Cyril Adda.

Marco Baliani (né en 1950) est le fondateur en Italie du théâtre de narration, ou théâtre-récit, celui qui sans doute, avec Laura Curino, en a exploré les ressources au plus près. Corps d’état est son premier texte publié en français.

[...]

Rencontre d’auteur à Bruxelles, avec Massimo Barilla, le 11 février 2012.

Deux extraits du texte La dernière ruse. Une autre Iliade de Massimo Barilla et Salvatore Arena (traduction Olivier Favier) sur le site www.dormirajamais.org  Le cheval La dernière nuit

Le théâtre-récit: un acte civil et politique, par Olivier Favier.

Les voies majeures et divergentes de Marco Baliani et Ascanio Celestini dans la continuité de Dario Fo.

Les origines immédiates du théâtre-récit ramènent à la personne de Dario Fo qui, à partir de Mystère bouffe1 (1969), a exploré des formes contées en puisant largement dans les traditions orales régionales, vivantes encore dans une majeure partie de l’Italie. Dario Fo est ainsi devenu, plus que Brecht, le point de référence pour deux générations d’acteurs-auteurs. Après lui, ces narrateurs, seuls sur scène, ont choisi de raconter des histoires, de faire revivre, pour reprendre les mots de Walter Benjamin, un « frêle corps humain »2 celui que le vingtième siècle, l’industrialisation et la guerre, avaient rendu dérisoire, sinon anachronique. Chez Marco Baliani, la rencontre avec la figure très politique de Dario Fo à la faculté d’architecture de Valle Giulia, haut lieu [...]

Cìncali, mineur à vie ! Un récit de Mario Perrotta et Nicola Bonazzi, par Juliette Gheerbrant.

Un spectacle magique, d’une très grande force émotive, d’une grande sincérité.

Cìncali, traduit, adapté et interprété par Hervé Guerrisi à la Vénerie de Bruxelles, évoque la vie des mineurs italiens en Belgique dans l’après-guerre. Le récit est livré à travers le verbe truculent du facteur, resté dans son village des Pouilles pour distribuer, lire et écrire le courrier. Pinuccio, âgé de 16 ans lorsque les hommes commencent à s’exiler, est aujourd’hui la mémoire collective de son village.

«N’oublie jamais que tu es un petit-fils de mineur italien.» Cette phrase, maintes fois entendue pendant son enfance, a entraîné le comédien Hervé Guerrisi sur les traces de son histoire, de Bruxelles jusqu’au Salento, là-bas, tout au fond du talon de la botte. Elle lui a permis non seulement de savoir qui il est, mais aussi de nous offrir [...]