Regards croisés sur l’Italie (4): Un paese innocente, à Paris, le 4 juin à 21h.

 

Pour ce quatrième rendez-vous de nos regards croisés sur l’Italie, j’ai le plaisir de vous emmener dans un vagabondage poétique qui débordera allègrement les limites de la péninsule, et même de la latinité. Si l’ombre tutélaire de Giuseppe Ungaretti abrite nombre de ces poèmes, dont l’essentiel puise dans l’anthologie rassemblée sur On ne dormira jamais, l’idée qui les rassemble est très précisément une innocence pas tout à fait perdue si tant est qu’elle ait jamais existé, esquissant au plus près, pour tout dire, ce que je crois être au fond leur seule nécessité poétique. Et un corollaire aussi à une obscénité entendue, bien sûr, au sens premier du terme -que je salue encore dans l’œuvre de Carlo Bordini.

Merci aux chers amis Federica Martucci et Arturo Armone Caruso, lesquels offriront pour le bon déroulement de [...]